Comprendre le vin 21/09/22

Ça bouchonne chez les bouchons

Déjà durant l’Antiquité, les Grecs et les Romains utilisaient le liège pour sceller leurs amphores contenants du vin. De nos jours, la production de vin mondial se développant, de nouvelles évolutions apparaissent régulièrement. Le liège devenant de plus en plus cher et sa production restant limitée, l’usage de nouvelle technologie se développe. En liège, en verre, à vis ou synthétique, Trois Fois Vin vous explique tout sur …. les bouchons !

Les bouchons les plus répandus sont ceux en liège. Ils sont présents sur la grande majorité des bouteilles, que ce soit de vin ou de champagne. Leur utilité première est de sceller la bouteille. Mais la structure même du liège permet une légère aération par un échange d’air entre l’intérieur et l’extérieur de la bouteille. Il doit donc être poreux. Ce phénomène est important pour la garde du vin. Mais ils présentent deux inconvénients : le risque de contamination du vin (le fameux « goût de bouchon ») et le risque de fuite. 

Le bouchon de liège

C’est un peu la star des bouchons. Le liège est extrait du chêne-liège, dont on en extrait l’écorce qui se régénère tous les neuf ans. Le chêne-liège devra atteindre sa 25 ème année avant que son écorce ne produise le premier bouchon. Il faut donc de la patience et du temps. Tous les lièges ne se valent pas. Par exemple en France, on produit très peu de liège pour boucher les bouteilles, la plupart viennent du Portugal.

Si vous débouchez un rosé de Provence ce week-end autour du barbecue, dégustez un bordeaux ou même sabrez le champagne, jetez un œil au bouchon. Il y a 80 % de chances qu’il provienne du Portugal. Plus précisément des forêts de chêne-liège du Montado dans le Ribatejo, 80 km à l’est de Lisbonne.

Moins le bouchon contient de fentes sur le corps, plus il est hermétique et donc de meilleure qualité. Une extrémité sans fente sera appelée miroir. Un bouchon qui possède un miroir de chaque côté est plutôt rare et peut coûter 3€. Il sera utilisé pour boucher des vins exceptionnels qui doivent vieillir pendant plus de 50 ans.

Astuce Trois Fois Vin : Un bouchon non mouillé se dessèche, perd de son élasticité et ne filtre plus l’oxygène. Voilà pourquoi il est nécessaire de coucher les bouteilles de vin.

Le bouchon synthétique

Les bouchons synthétiques se sont énormément développés ces dernières années.  

Généralement faits en résines polymères ou en silicone, les bouchons synthétiques permettent aussi un échange d’air mais sans égaler celui d’un bouchon en liège. Ils sont plus adaptés à des vins jeunes ayant un potentiel de garde peu élevé. Le problème des bouchons synthétiques est qu’ils sont tout de même des dérivés du pétrole donc peu vendeur auprès du public et il ne présente pas une étanchéité parfaite. Les bouchons synthétiques induisant une transmission rapide de l’air dans le vin, cela accélère donc leur maturation. Après 2 ou 3 ans, le bouchon synthétique commence à se figer et à perdre son étanchéité. Il sera donc réservé à des vins à consommer rapidement.

Le bouchon micro-aggloméré

Certains producteurs, qui veulent rester fidèles au liège mais désirent en même temps réduire leur risque de voir leurs bouteilles infectées par le goût de bouchon, se sont tournés vers le DIAM. Le DIAM est fabriqué à partir de liège naturel mais au lieu d’utiliser de grandes plaques d’écorce de chêne-liège, il est produit à partir de poudre de liège collées ensemble afin de former un bouchon. Ils sont plutôt utilisés pour des vins de consommation rapide.

Le bouchon à vis

La capsule est en aluminium et accompagnée d’un joint polymère et parfois en étain qui est sur l’intérieur. Il assure aussi l’étanchéité à l’air ce qui évite aux arômes de s’oxyder. Des études françaises, néo-zélandaises ou australiennes mettent en évidence que les capsules sont tout à fait adaptées à la conservation des vins rosés, blancs et même de vins rouges. De plus, la capsule permet de « reboucher » le vin et de la maintenir dans de bonnes conditions.

Sur 17 milliards de bouteilles vendues dans le monde annuellement, 4 milliards sont proposées avec cette capsule. 

Le bouchon en verre

Certains producteurs ont quant à eux, adopté les bouchons en verre qui crée une étanchéité parfaite à l’intérieur de la bouteille grâce à un petit joint en forme d’anneau et en matière synthétique qui vient s’apposer sur le haut du goulot de la bouteille à sceller. L’élégance et la facilité d’utilisation du bouchon en verre étant deux critères déterminants dans l’adoption de ce mode de bouchage. 

L’étanchéité parfaite du bouchon en verre peut toutefois être une mauvaise chose pour les vins qui doivent vieillir afin de se développer en profitant de la dose minimale/optimale d’oxygène.

Le bouchon à base de dérivés de canne à sucre

Lancé il y a quelques années, le bouchon à base de dérivés de canne à sucre (brésilienne pour la plupart) est donc en matière durable, recyclable et renouvelable.

Son point faible, il est fabriqué généralement en Amérique du Sud, le transport est donc nocif pour la planète

Photos:
Bouchons agglomérés : ©DIAM
bouchon en verre: © Vinolok
bouchons synthétiques : © viticulturevignoble.fr

Autres articles du magazine de Trois Fois Vin qui pourraient vous intéresser:

Que contient un verre de vin?

Le vin sans sulfites, vin nature, vin naturel, le vrai du faux

Le “vin” sans alcool

Abonnez-vous à la box de vin Trois Fois Vin

Recevez chaque mois les meilleurs vins des petits domaines, chez vous

Invite & Earn

X
Signup to start sharing your link
Signup