fbpx

Archives

Quelles différences entre un vin bio, biodynamique et naturel ?

 

Cela fait un moment que le vocabulaire du vin s’est enrichi de termes le rapprochant un peu plus encore de la nature. Ainsi, les bouteilles sont désormais nombreuses à être associées à une terminologie qui se veut rassurante sur leurs origines, mais qui peut néanmoins perturber un peu : entre vin bio, vin naturel ou approche biodynamique, que faut-il comprendre ?

Les vins biologiques

La tendance est au bio et le vin n’y coupe pas. Le principe de l’agriculture biologique est de cultiver la vigne dans le respect de la biodiversité, en suivant les cycles naturels. Pas question ici d’utiliser d’herbicides, de pesticides de synthèse et d’engrais chimiques. Depuis 2012, le label est décerné aux vignobles utilisant non seulement des raisins bios mais respectant également un cahier des charges établi par l’Union Européenne pour la vinification, c’est à dire la transformation du raisin en vin. Vous pouvez les repérer grâce au nouveau label bio représentant une feuille étoilée ou grâce au label Nature et Progrès.

vin bio - trois fois vin

Les vins naturels

Les vins ne sont-ils pas tous « naturels » puisqu’ils proviennent du raisin ? Derrière cette dénomination se cache une philosophie bien particulière. Les vins naturels sont des vins biologiques qui poussent le bouchon encore plus loin. En plus des critères draconiens du label bio, les vignerons refusent d’ajouter des additifs, y compris naturels (tels que le cuivre et le soufre). Les vins sont très peu filtrés, donc parfois légèrement troubles. Quant aux sulfites, ils sont employés en très faible quantité.

Ces vins, s’ils ne sont pas élaborés dans un respect d’hygiène drastique peuvent proposer une expérience olfactive et gustative « grimaçante » !  D’autres vous procureront l’impression d’être au plus près du raisin et du terroir (c’est ce que l’on demande à un vin bien fait !).  Comme quoi les doses de sulfites peuvent être très faibles pour un résultat optimal. Un choix sélectif est donc indispensable pour que la dégustation soit un moment de plaisir mémorable !

La biodynamie

Là encore, un domaine en biodynamie répond aux mêmes critères qu’un domaine biologique. Cette pratique a cependant un côté mystique surprenant mais qui semble porter ses fruits. Créée en 1924 par Rudolph Steiner, agronome et médecin autrichien, le travail du viticulteur est dicté par les rythmes lunaires et planétaires. Selon un principe proche de l’homéopathie, le système immunitaire de la vigne est renforcé par des décoctions à base de plantes, de quartz, de corne ou encore de bouse de vache.

Parfois la mécanisation est mise de côté au profit du cheval de trait. La biodynamie semble archaïque et pourtant, la plupart des domaines prestigieux dans le monde entier, (même le domaine de la Romanée Conti !), ont fait le choix de se convertir entièrement en biodynamie. Les détracteurs diront qu’il s’agit de croyances occultes tandis que les adeptes vous diront que le goût du lieu et le terroir s’expriment bien mieux dans votre verre de vin. Fiez vous aux labels Biodyvin et Demeter pour les goûter.

Chez Trois Fois Vin, nos abonnés l’auront remarqué, nous ne choisissons jamais de vins produits selon d’autre critères que ceux respectant la nature.  S’ils ne sont pas toujours certifiés bio (80% le sont), ils répondent au minimum aux critères de la lutte raisonnée, qui n’agit que lorsque c’est indispensable.

Alors, vous laisserez-vous tenter par l’appel de la nature ?