Château de Mérande CHIGNIN-BERGERON 2012 "Le Grand Blanc" - Trois Fois Vin

Château de Mérande Le Grand Blanc

Château de Mérande
CHIGNIN-BERGERON
2012 "Le Grand Blanc"

épuisé

Description

Échanson & Cachottiers

Dégustation

NEZ - De jolies senteurs de fleurs blanches et de pêche ainsi qu’une touche de miel qui traduisent une belle complexité
BOUCHE - La densité et concentration en bouche finissent sur une touche de pamplemousse et de minéralité.
GARDE - A déguster dès maintenant. Il s’exprimera encore plus si vous conservez ce vin 3-4 ans de plus.
SERVICE - Ouvert à l’avance

Accords

A l’apéritif (à condition d’éviter les cacahuètes)
Sur un beau plateau de fromages savoyards
Avec des coquilles Saint-Jacques

Le domaine

Il existe de grands vins en Savoie, qui n’ont rien de commun avec ceux qu’on trouve dans les superettes de stations de ski. Arbin, au cœur de la combe de Savoie, était situé sur la voie romaine reliant Vienne à Rome. Déjà au IIè siècle, la vigne y était présente, comme le prouve la luxueuse villa romaine découverte en 1870 dans le sous-sol du château de Mérande où se trouve le chai. Sur 12 hectares, la famille Genoux cultive en biodynamie des vignes sur des coteaux abrupts. Les travaux de la vigne sont effectués dans le but de préserver l’écosystème autour des vignes (bosquets, haies, terrasses). Selon les parcelles et le dénivelé, elles sont travaillées à la chenillette, au cheval ou au treuil. Grâce à ce travail titanesque, les vignes expriment la force des grands terroirs. Deux hectares sont plantés au pied du rocher le "Grand Blanc" sur un mode de culture appelé "en échalas", chaque pied de vigne étant attaché à un piquet à cause de la pente.

Le vin

A la cave, un tri important est effectué après les vendanges pour ne conserver que les meilleures baies, mûres et en parfait état sanitaire. Pour ce vin, il s’agit des 2è et 3è tries de la récolte du cépage Roussanne (aussi appelé Bergeron), que Yann Pernuit, le maitre de chai, veut extrêmement rigoureux. La vinification, peu interventionniste et sans souffre, laisse s’exprimer les levures indigènes afin de préserver la typicité de chaque terroir. L’élevage se fait dans de grands foudres en chêne dont le bois ne marque pas le vin mais l’aide à s’oxygéner jusqu’à la mise en bouteilles après une légère filtration.

Recevoir de nos nouvelles