Parlons bien, parlons vin 07/10/20

5 commandements pour la bonne conservation du vin

Outre son potentiel de départ, la durée de conservation d’une bonne bouteille de vin dépend essentiellement de ses conditions de stockage. Tout le monde ne possède pas de cave, mais lorsque vous souhaitez conserver vos pépites Trois Fois Vin (entre autres), il faudra, si possible, le faire dans les meilleures conditions qui soient. Un vin conservé dans de bonnes conditions pourra développer au fil du temps des saveurs incroyables. Trois Fois Vin vous confie les secrets pour appliquer cet adage « Un bon vin est un vin bien conservé. » 

cave-sombre

« 18°C tu ne dépasseras pas »

La température d’une cave, ou du lieu de stockage, joue un rôle déterminant sur l’évolution d’un vin en bouteille. Plus elle sera élevée, plus le vin évoluera vite. Au-delà de la température, c’est sa variation qui est importante. Les chocs thermiques risquent d’abîmer le vin de façon irrémédiable. En revanche, une chaleur diffuse, autour de 12 °C à 14 °C puis progressive quand la saison se réchauffe, permettra au vin de s’y habituer petit à petit. Il faudra toujours penser à aérer l’endroit où il est conservé.

« Dans la pénombre, tu les garderas »

La lumière peut se révéler être un ennemi terrible pour le vin, qui avec le temps, acquiert ce que l’on appelle le “goût de lumière”. Bien souvent, ce défaut va s’accompagner d’une décoloration du vin. Des composés soufrés se ressentent, un peu comme l’arôme de chou-fleur. Dans ce cas-là, le contenu de la bouteille ne peut que finir dans l’évier. 
Le lieu de conservation du vin, doit donc être la plus obscure possible et surtout y bannir les néons ! 

« Les petits contenants, tu ne conserveras pas »

L’oxydation est une réaction chimique impliquant l’alcool contenu dans le vin et l’oxygène contenu dans l’air. Les demi-bouteilles se conservent beaucoup moins longtemps car elles s’oxydent plus rapidement. Les magnums en revanche sont bien plus adaptés pour conserver davantage de fraîcheur qu’une bouteille classique. Quand la température varie, les grands contenants mettent plus de temps à se refroidir ou à se réchauffer. La quantité d’air coincée entre le bouchon et le vin est moindre dans un grand contenant que dans une bouteille. La mini oxydation qui s’effectue sera donc plus lente qu’en bouteille ou qu’en demi-bouteille. Préférez-donc un magnum, dans la mesure du possible, si vous souhaitez garder vos bouteilles plus de 10 ans.

« En position allongée, elle restera »

Chaque bouteille doit être placée en position couchée. Quand le bouchon est en liège, il est important qu’il reste en contact avec le vin pour le garder humidifié. À défaut, le bouchon peut donc sécher et se rabougrir, voire s’effriter. La bouteille perd alors de son étanchéité et le vin risque de s’oxyder et enfin de s’échapper de la bouteille. Les vins mutés, comme le Porto, Pineau des Charentes, Banyuls, Rivesaltes ou Maury font exception à cette règle, car l’alcool risque d’abimer le bouchon. Ils peuvent être conservés verticalement. Il parait que les champagnes, comme toutes les autres bulles, semblent supporter une position verticale grâce au gaz qui s’échappe doucement de la bouteille qui suffit à humidifier le bouchon.

bouteille-allongee

« Les odeurs fortes, tu éviteras »

Même enfermé dans sa bouteille, le vin est sensible aux mauvaises odeurs. Le bouchon n’est pas 100% hermétique, et il faut éviter d’entreposer des produits chimiques odorants comme la peinture, de l’essence ou des produits d’entretien proches de vos flacons. C’est également le cas des pommes de terre et des oignons, que l’on peut être tentés de conserver à la cave.

Autres articles du blog de Trois Fois Vin qui pourraient vous intéresser:

Cinq vins qui gagnent à prendre de l’âge

Vers la fin du bouchon en liège ?

Tout savoir sur le conditionnement du vin

LE MEILLEUR DU VIN DANS UNE BOX CHAQUE MOIS