Archives

A vous de servir ! Nos précieux conseils pour bien servir le vin

 

Vous vous posez toujours 1000 questions, vous avez peur de gâcher la belle bouteille qui dormait dans la cave, mais vous avez tellement envie de la servir ce soir. Voici nos conseils pour profiter au maximum de la dégustation !

Carafer ou pas ?

On dit souvent qu’il faut carafer les vins jeunes. C’est partiellement vrai, car cela leur permet de s’ouvrir davantage et favorise leur expression aromatique. Le vin est vivant, ne l’oubliez pas, et les arômes évoluent en fonction de son oxygénation. Vous avez certainement remarqué que les arômes et le goût changent même dans le verre, une fois servi, si on se donne la peine d’attendre quelques minutes. Avec le carafage, on effectue cette oxygénation en amont.

Mais on peut aussi carafer les vins assez tanniques qui vont s’assouplir grâce au contact avec l’oxygène. Il faut les comprendre : ils ont été enfermés dans leur bouteille et ils ont besoin de respirer, de s’acclimater à l’air ambiant avant de dévoiler exactement ce qu’ils ont à vous dire !

Si vous n’avez pas de carafe, pensez à ouvrir vos bouteilles quelques heures à l’avance. Le résultat est parfois encore plus marquant, car l’oxygénation est moins violente.

A quelle température ?

Ni trop chaud, ni trop froid !

Petit guide :

  • de 14° à 18° pour les rouges. D’ailleurs, plus ils sont structurés avec un élevage en barriques, plus vous les servirez dans la fourchette haute. Plus ils sont légers, plus vous viserez la fourchette basse, notamment en été car ils se réchauffent encore plus vite ! Retenez que les tannins sont plus marqués (parfois astringents) quand le vin rouge est trop froid.
  • de 10° à 13° pour les blancs secs complexes, surtout s’ils ont été élevés en fûts de chêne. Aussi pour les rosés de gastronomie, les plus vineux et puissants, dont la  complexité serait anéantie par ce passage au pôle nord.
  • de 8° à 10° pur les blancs secs, les rosés légers, et les moelleux/liquoreux.
  • de 6° à 8° pour les effervescents, avec une mise en garde pour les champagnes (de producteurs bien sûr !) qui se révèlent mieux moins froids, car leur palette aromatique ne doit absolument pas disparaître !

Dans quel ordre ?

En dégustation, on privilégie un ordre assez établi. Par contre, dans la vraie vie, et surtout à table, c’est plus compliqué que cela car il faut également accorder les vins aux plats :

  • Blanc sur rouge ? par forcément. Revenez sur les blancs au fromage, vous aurez de belles surprises !
  • Les enfants d’abord ! Parce que les vins encore jeunes sont généralement moins complexes que leurs aînés, il est préférable de les boire en premier.
  • Gardez le meilleur pour la fin : il est plus difficile d’apprécier un vin simple juste après avoir dégusté un vin plus complexe.
  • Crescendo, maestro ! La montée en puissance et en intensité est la règle qui doit dicter toutes vos dégustations. Commencez par les vins les plus légers, subtils et délicats, pour aller ensuite vers des vins plus corsés, à forte intensité aromatique et avec plus de corps. Vous pouvez donc oublier les liquoreux à l’apéritif ;)

Comment le conserver ?

Vous n’avez pas terminé la bouteille ? Une bouteille entamée peut être conservée quelques jours bien bouchée et au réfrigérateur. Elle ne perdra pas trop ses qualités, surtout s’il en reste encore une bonne moitié ! Dans le cas d’un vin rouge, pensez à la sortir à temps pour qu’elle ait la température idéale au moment du repas. On peut aussi utiliser une pompe à vide, c’est un accessoire peu onéreux qui permettra de prolonger votre vin de quelques jours.

Vous avez une bonne cave ? Formidable, mais attention, tous les vins ne sont pas faits pour être gardés. Demandez conseil au vigneron ou caviste qui vous l’a vendu (ou lisez bien les conseils de Trois Fois Vin sur les fiches de dégustation qui accompagnent nos box) ou suivez les conseils indiqués sur la contre-étiquette. Dans tous les cas, couchez-les et assurez-vous que votre cave est bien à l’abri de la lumière, suffisamment humide (pour la conservation des bouchons de liège), avec une température peu fluctuante entre 10° et 14°, en évitant les vibrations. Le placard sous l’escalier ou le coin du garage à côté de la chaudière sont à proscrire absolument ! A défaut, les armoires à vin électriques sont une excellente solution.

D’autres articles sur le même sujet qui pourraient vous intéresser :

· Comment parler simplement de vin ?

· 5 exceptions du vin pour briller en société

· 5 mots indispensables pour connaître le vin