fbpx

Archives

Les vins du Beaujolais en 3 minutes chrono

 
le vignoble du Beaujolais
Domaine le Nid – Moulin à Vent

Pour vous aider à choisir vos vins et les apprécier encore davantage, Trois Fois Vin vous propose, en moins de 3 minutes, de vous donner quelques repères dans chacune des principales régions viticoles de France. Aujourd’hui, on vous parle du vignoble du Beaujolais !

Le vignoble du Beaujolais en chiffres

Le vignoble du Beaujolais représente prés de 16 000 hectares de vignes plantées entre Mâcon et le nord de Lyon, sur une bande d’environ 90 km de long et 15 km de large. Il présente des climats et des sols variés.

L’encépagement est simple : le cépage Gamay pour les vins rouges (98% de la production), et essentiellement le Chardonnay pour les vins blancs. On assiste d’ailleurs à un renouveau des vins blancs dans la région. Un tiers de la production est consacré aux vins primeurs.

Les 10 crus du Beaujolais

Oubliée l’image ternie du Beaujolais Nouveau, ces dernières années, bon nombre de vignerons offrent des vins primeurs frais et gourmands, emplis de fruits et de croquants ! Les pépites sont à chercher du coté des Crus. Le cépage Gamay profite de superbes terroirs granitiques principalement dans le nord du vignoble. Il s’exprime alors avec élégance et dévoile tout son potentiel pour faire de grands vins.

Au Sud, les appellations « Beaujolais » et « Beaujolais Villages » vous proposeront des vins légers, au plaisir immédiat qui peuvent être bus seuls ou avec de bonnes charcuteries. Pour les plus robustes et après quelques années de garde, ils accompagneront une belle pièce de boeuf tel un onglet ou une bavette.

Au Nord, les dix crus du beaujolais : Saint-Amour, Juliénas, Chénas, Moulin à Vent, Fleurie, Chiroubles, Morgon, Régnié, Brouilly et Côtes de Brouilly présentent plus de profondeur et de complexité. Ces vins s’accorderont parfaitement avec une belle cuisine de bistro mais pas que ! N’ayez pas peur, bien au contraire, d’en mettre en cave quelques années pour profiter de ces vins charpentés et corsés. Ils ne sont pas sans rappeler la finesse et les arômes de leurs grands frères de Bourgogne. On dit même qu’ils « pinotent » en prenant de l’âge.

Autres articles en lien avec le sujet :

Et mon Beaujolais, tu l’aimes ?

Vive le Beaujolais ! (nouveau ou pas)