Michael Opitz BURGENLAND - AUTRICHE 2017 Zweigelt

Michael Opitz - BURGENLAND - AUTRICHE 2017 Zweigelt

Michael Opitz
BURGENLAND - AUTRICHE 2017
Zweigelt

épuisé

Description

Michael Opitz - BURGENLAND - AUTRICHE 2017 Zweigelt est le troisième vin, le plus complexe des 3, de la box Buissonniers du mois d'Août 2020.

Direction l'Autriche, chez Michael Opitz qui conduit ses vignes de zweigelt (croisement de cépages autochtones) en agriculture biologique dans le Burgenland, région la plus chaude du pays. Cette cuvée est à la fois dense et souple, vos papilles vont voyager !

Idéal avec des tomates farcies, des penne à la crème d'olive noire, un bon BBQ.

Dégustation

nez — profond, aromatique, cerise noire, cassis

bouche — dense et ample, tannins corsés mais souples

garde — 2020-2022

service 15-17°

Accords

tomates farcies, penne à la crème d’olive noires, BBQ

Le domaine

Même si le domaine est jeune sur le papier, la famille est dans le vin depuis 100 ans et c’est avec son père, Michael Opitz senior, producteur de raisins et de vin de négoce dès les années 70, que Michael Opitz junior est tombé dans la vigne. Depuis 10 ans, il a doublé la taille du domaine et gère désormais 14 ha de vignes qui s’alignent au sud-est de l’Autriche, juste à côté du grand lac Neusiedler, dans le Burgenland, la région la plus chaude d’Autriche et proche de la Hongrie et de la Slovaquie. Ambitieux pour ce terroir exceptionnel où le sol est chargé de l’influence minérale et saline des lacs avoisinants et le soleil est généreux, permettant de pousser la maturité des raisins au plus loin, il a décidé de garder tout son raisin pour faire ses propres vins « droits » et « honnêtes ». Il veut laisser la nature parler à travers des vins de caractère et tant pis s’ils ne sont pas comme les autres : c’est précisément ce que j’aime vous proposer ! Et même s’il n’en parle pas trop, le domaine a fait le choix du développement durable, de l’agriculture biologique et du bon sens paysan dans les vignes comme au chai.

Le vin

Le cépage Zweigelt est une « invention » récente et quelque peu politique : ce croisement du blaufränkisch et du Saint Laurent a été conçu en 1922 pour obtenir un raisin «nationaliste» autrichien ! Conformément à la politique du domaine, sa fermentation débute naturellement et se poursuit pendant 3 semaines, dans des cuves en inox. Ensuite, l’élevage se fait en fût de chêne pendant 10 mois puis à nouveau 4 mois en cuve inox. Le vin prend son temps, les tanins sont souples, l‘acidité équilibrée et le fruit bien respecté pour obtenir un vin frais, minéral où le soleil se révèle dans les arômes et pas dans le degré alcoolique (12,5°). Je suis bien d’accord avec le vigneron : sans trucage, le raisin s’exprime bien mieux dans le vin !

Recevoir de nos nouvelles

venenatis, nec elit. venenatis ipsum ut libero efficitur. ut velit, Nullam nunc