Archives

Cyril Laudet, vigneron du mois

 

 

A l’occasion de la dégustation de son nouveau millésime, nous avons eu le plaisir de discuter avec Cyril Laudet, vigneron et propriétaire du Domaine de Laballe.

Présentez-vous à nos abonnés

8ème génération de producteurs d’Armagnac et 2ème génération de vignerons après mon grand-père, j’ai pris la suite de l’exploitation en 2007.

J’ai remis le domaine au goût du jour avec la volonté de procéder à une sélection parcellaire dans mes vignes et de créer des cuvées qui laissent parler le terroir.

Je suis totalement impliqué dans la production de mes vins et de mes armagnacs mais j’aime aussi consacrer du temps à la visibilité de mes vins et à leur distribution, c’est pourquoi j’aime bien passer chez Trois Fois Vin de temps en temps !

 

Parlez-nous de votre ou plutôt vos domaines

J’ai donc repris en 2007 l’exploitation du Domaine de Laballe, domaine familial de 40 hectares produisant des armagnacs et des vins sur les appellations IGP Landes et Côtes de Gascogne.

Je m’occupe également depuis 2011 du Domaine Cazalet produisant, sur 7 hectares, des vins de l’appellation Tursan.

Enfin, depuis juin 2018, j’exploite le Domaine de la Pointe sur 5 hectares, ce sont les dernières vignes situées à Capbreton !

Mes vins sont produits à partir de cépages classiques comme le Chardonnay, le Cabernet Sauvignon et le Merlot mais également à partir de cépages autochtones comme le Tannat, le Gros Manseng, l’Ugni Blanc ou encore le Baroque, qui sont précieux pour conserver l’identité de notre région.

 

Détaillez-nous votre cuvée « La Demoiselle » produite au Domaine de Laballe

C’est une cuvée très intéressante, produite à partir du cépage Gros Manseng, qui utilise une méthode de vinification propre à la Gascogne.

Le raisin est en effet vendangé comme un vin blanc sec mais la fermentation est ensuite prématurément arrêtée afin qu’une partie des sucres soit préservée. Je recherche donc dans cette cuvée le parfait équilibre entre l’acidité et la sucrosité.

Une cuvée qui accompagnera parfaitement du foie gras, des tapas, des fromages et même des plats épicés.

 

Enfin, vous collaborez avec Trois Fois Vin depuis presque 5 ans, que pensez-vous, en tant que vigneron, de notre démarche pour faire connaître vos vins ?

J’apprécie beaucoup le suivi que vous faites des domaines que vous découvrez et aimez et l’engagement que vous avez pris auprès de vos abonnés de leur faire découvrir des vins originaux et souvent inconnus.

En tant que vigneron qui doit vivre de son métier, j’apprécie également votre politique d’achat, toujours au prix juste.

Autres articles sur les vins et vignerons qui pourraient vous intéresser :